Hippocampe Mime Corporel Théâtre

Compagnie Hippocampe – Arts du Geste Si tu

Du jeudi 24 au dimanche 27 janvier 2019

au Théâtre Victor Hugo – Bagneux

Réservations : 01 46 63 96 66 / En ligne sur le Site du Théâtre, Fnac ou Digitick

Une nuit dans un atelier de sculpture... où les statues de Camille Claudel et Auguste Rodin prennent vie. Que raconteraient-elles, si elles pouvaient bouger ? Ces sculptures, empreintes d'un amour figé dans leur chaire de marbre et d'argile, qui portent un regard sur les émotions, déposées en elles par leurs créateurs. Qu'est-ce qui a été fixé dans ces corps immobiles ?
Si tu n'étais pas de marbre... donne vie à la matière et fait cohabiter le désir de création et l’exaltation amoureuse. Un tourbillon de souvenirs libérés habitent les statues qui redeviennent chaire et déclarent, à travers le mouvement, les passions qui les ont façonnées, jaillissantes d’exaltation et de sensualité, On y décèle aussi les tensions dramatiques présentes dans les mouvements de ces corps, confrontés aux chemins tumultueux de l’amour.


Auteurs et interprètes : Sonia Alcaraz, Guillaume Le Pape, Mélody Maloux et Luis Torreao
Mise en scène : Luis Torreao
Décors : Marta Pasquetti / Construction des décors : Frank Oettgen
Lumières : Eugénie Marcland / Musique : Robin Gentien
Chargée de production-diffusion : Peggy Riess • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 33 (0)6 80 55 23 92
Coproduction : Odyssée – Scène conventionnée de Périgueux et Théâtre Victor Hugo de Bagneux.

Attachés de Presse • Barbara Augier & Isabelle Béranger / BIPCOM

Evénement sur Facebook : Cliquer Ici !

Infos pratiques :

Horaires  - Jeudi, vendredi et samedi à 20h30 / Dimanche à 17h

Théâtre Victor Hugo - 14 avenue Victor Hugo 92220 Bagneux

Bus 188 - arrêt Gustave Courbet (10 min depuis Porte d'Orleans) / RER B – arrêt Arcueil-Cachan (12 min à pied) / Navette partant du metro Mairie de Montrouge (ligne 4) 30 min avant le spectacle

Réservations : 01 46 63 96 66 / En ligne sur le Site du Théâtre, Fnac ou Digitick

Teaser vidéo d'une première etape de travail presentée au Musée Camille Claudel à l'occasion de la Nuit Européenne des Musées en mai 2017

Si tu n'étais pas de marbre... from Hippocampe on Vimeo.

Télécharger le dossier du spectacle


Note d'intention
L'atelier du sculpteur c'est le lieu de la transformation. Un lieu de passage où s'effectue un constant aller-retour entre la vie (du modèle) et la mort (dans le mouvement figé). L’acte créateur prend source dans la manipulation des corps par le sculpteur qui, tel un démiurge, donne vie à son oeuvre. On pense à Auguste Rodin, qui pétrissait dans la glaise de petites ébauches rapides pour fixer un mouvement et donner à ses statues l'illusion de la vie.
Dans cette pièce nous mettons en scène le paradoxe du vivant représenté par l'immobilité, et vice-versa. Nous explorons la dimension métaphysique qui déborde de l’oeuvre, en amenant les acteurs à s'aventurer sur des territoires proches de l’inerte. Notre intérêt pour la sculpture vient du fait que c'est un un art chargé de mémoire, d'une ancestralité primitive. Elle est vraisemblablement le premier acte artistique de l'Homme et nous offre un univers lié aux rêves et à l'imagination. Si tu n’étais pas de marbre...  est le fruit d’une recherche que nous menons depuis neuf ans sur le rapport contradictoire entre sculptures immobiles et mouvement.

Compagnie Hippocampe
Les investigations de la compagnie Hippocampe autour des sculptures ont déjà donné lieu à un spectacle créé en 2009, La Chambre de Camille. La figure de Camille Claudel y réinvente son histoire d’amour et se venge de Rodin. Dans cette nouvelle pièce, nous explorons un champ plus large des relations entre l’artiste et son oeuvre : une relation passionnelle qui peut être à la fois source de création, de destruction et d’exaltation. Tantôt sculptures et tantôt sculpteurs, les acteurs travaillent sur scène leurs corps à la façon d’un artisan qui travaille la matière. Notre théâtre « en mouvement » cherche à rendre compte avec force, humour et tendresse du drame qui se joue à l’intérieur du corps.